20/11/2007 - Le Trekking, de Lukla à Chhukhung - Lukla

Chomolugma, Déesse des vents, Sagarmatha (dont la tête touche le ciel) Mont Everest, Toit du monde : autant de noms tibétains, népalais et occidentaux pour désigner le point culminant de la Terre. Convoité par de nombreux alpinismes dès le début du 20ème siècle, le premier problème ne fut pas de gravir ses 8 848 m d'altitude, mais de l'approcher. Aujourd'hui, si quelques sentiers conservent leurs secrets, la route de l'Everest est devenue un trek fréquenté par de nombreux marcheurs venus de tous horizons. Pénétrer au pays du Khumbu, partir à la rencontre du peuple Sherpa, découvrir les montagnes géantes par des chemins classiques en dormant dans des lodges à l'écart des sentiers battus : cette grande randonnée laisse des souvenirs inoubliables, et au retour, rien n'est plus comme avant. Notre trek s'effectue en grande partie dans le parc de Sagarmatha, classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Lundi 22 octobre 2007

Lever 5 heures, nous voici sur le départ, nous rejoignons l'aéroport de Kathmandu pour un décollage vers Lukla à l'Est du Népal. C'est toujours la cohue des vols domestiques et ici d'autant plus que chaque trekkeur cherche son bagage (3 semaines de survie à l'intérieur) et l'on se pousse gaiement à grand coup de sacs à dos.

L'Attente est courte, on embarque rapidement sous le regard d'une charmante hôtesse népalaise qui nous accueille avec le Namaste désormais rituel. Nous ne sommes qu'une vingtaine de personnes à bord du Dornier 228 d'Igni Air, dont la devise est "fly the Friendly sky" C'est beaucoup d'émotion et d'appréhension pour certains car les conditions de vol sont toujours un peu précaires au Népal : aérologie, climatologie, environnement montagneux et infrastructure du terrain. Après 45 minutes de vol : et quel vol ! Nous atterrissons sur la "toute petite, mais très impressionnante piste de Lukla.

 

Arrivée à Lukla

 

Nous sommes accueillis à Lukla par notre Sirda Dhan Bhaduir Karki et son équipe de Sherpas. Après une visite rapide du village et la préparation des sacs, c'est le départ pour 18 jours de trek.

 

Au départ de Lukla, on pénètre au pays Sherpa dans le district de Sola Khumbu, par une porte certes très touristique, mais non moins fascinante. Elle s'ouvre sur un paysage typiquement népalais, qui dévoile des pentes escarpées,  des grands intervalles entre les cultures en terrasses, où l'on cultive principalement l'orge et la pomme de terre et rapidement ses plus hauts sommets.

 

Porte de Lukla 

 

Avant de passer la porte, Julien notre guide NF devra acquitter officiellement "la taxe au PC maoïste" pour le groupe. C'est la première fois que nous cotisons à un parti !

 

Lukla

 

Preuve de cotisation au PC maoïste népalais !!

 

Bon nous voici partis ! Le sentier descend doucement au milieu des cultures en terrasse, pour rejoindre le fond de la vallée de l'Oudh Kosi, à 2500 m d'altitude. Il traverse quelques ruisseaux, ainsi que des petits groupes de maisons avec lodges, avant d'atteindre un pont suspendu sur la Kusum. Les vallées profondes d'où dégringolent des torrents écumeux montrent des villages hospitaliers et chaleureux s'accrochant aux pentes. Ici les maisons sont couvertes de bardeaux (lames de bois) ou de lauzes (grandes pierres plates). Le village de Ghat (2490 m) apparaît sitôt après.

 

Pont sur la Kusum à Ghat

 

Ensuite, on remonte la Dudh Kosi par sa rive gauche, la vallée devient plus encaissée et les cultures laissent place à la forêt. Cette première étape de mise en jambe s'achève à Phakding, après 3 h 30 de marche. Nous découvrons notre premier lodge, le "Green village guest house". Nous apprendrons que les noms des lodges sont toujours assez pompeux et que les conditions d'hébergement y sont toujours assez précaires mais nous pouvons compter sur l'accueil des Népalais pour la chaleur de l'ambiance. Avant le dîner petite visite au Monastère de Chumling, vieux de 500 ans.

 

Mardi 23 octobre 2007

 

 Lever 6 heures et déjeuner avec de copieux "Pan cakes". En quittant Phakding, on se dirige vers le nord pour rejoindre rapidement la Dudh Kosi et passer sur sa rive droite. On pénètre au-dessus des 3 000 mètres le royaume des rhododendrons.

 Pont de Phakding 

Une montée raide dans une forêt de pins et de cèdres conduit à Benkar (2905 m), tandis que les versants abrupts prennent la vallée en étau. Une belle vue se dégage sur le Thamserku et ses 6808 m) d'altitude.

 Tamserku 

À la sortie du village, une courte descente guide les pas vers la rivière pour repasser rive gauche. Le sentier remonte irrégulièrement jusqu'au pont sur la Kyagshar, suspendu et impressionnant ! La voie, bien entretenue et bordée de murets de pierre mène à Monjo (2835 m) où nous faisons la pause déjeuner. Les parois verticales laisse la vallée s'élargir momentanément : une invitation à pénétrer dans le parc de Sagarmatha où nous acquittons le droit d'entrée,

 Maison du parc de Sagarmatha 

Et lisons les consignes du bon "Trekkeur"  

 Trekkeur

 

Le chemin redescend ensuite vers la Oudh Kosi, pour la franchir une fois de plus. Il traverse le village de Jorsale, et se poursuit le long du cours d'eau, encadré de gorges étroites. Le dernier pont de l'étape, qui enjambe la Bhote Kosi, nous devons laisser la priorité aux Yaks et aux porteurs qui sont nombreux sur le chemin.

  Pont sur la Bhote Kosi

Ensuite nous attaquons une rude montée au cours de laquelle nous apercevons notre premier paon "Impexa pheasant".

Lophophore

 

Après une bonne suée, c'est avec les images de l'Everest et du Lhotse que Namche Bazar apparaît au bord d'un plateau, après 6 heures de marche.

Vue du sommet de la route avant Namche 

Nous passerons 2 nuits à Namche Bazar, capitale du pays Sherpa, avec quelques découvertes de la gastronomie Sherpa : viande de Yak, dal bhat, Momos, thé au beurre de yaké salé et notre guide Julien nous offre le Génépi pour combattre les maux qui pourraient nous attaquer ! Allez voir l'article sur Namche Bazar dans le pays Sherpa 

Mercredi 24 octobre 2007

 

Aujoud'hui, c'est une journée d'accoutumance à l'altitude. Namche est perchée à 3440 m et nous allons atteindre les 3 900 m. L'itinéraire nous mène à  l'aéroport de Namche Bazar, le sentier longe la piste, et grimpe rapidement sur une crête, l'Ama Dablam surgit alors, au cœur d'un paysage de rêve.

 

 L'Ama Dablam

 

Petite halte au chorten de Syangboche, en levant les yeux, de très hautes montagnes apparaissent : le Kantega, l'Everest et la fameuse face sud du Lhotse, réputée « la plus difficile du monde ».

 

Shgorten de Khumjung

 

On progresse vers le nord, en s'élevant d'à peine 100 m de dénivelée, pour atteindre Khunde (3 840 m) avec un petit tour à l'hôpital local, puis descente sur Khumjung (3790 m) au pied du Khumbila (5761 m).

 

Khunde hôpital

 

Sur ce plateau, quelques pâturages, parsemés de pins, cyprès et bouleaux, alternent avec les champs de sarrasin et de pommes de terre, protégés des vagabondages des yacks par des murets en pierre. Ces terrains plats, faciles à cultiver, sont une aubaine pour les habitants, et les toits en tôle qui couvrent les maisons témoignent d'une relative richesse.

 

Kumjung

 

Petite visite à la Gompa (petit monastère) de Khumjung où l'on découvre enfin "le mystère de l'humanité" le "crâne du Yéti" et surtour la boîte à donation qui fait vivre les moines !

 

Comba de Khumjung

 

What is it ? It's Yéti s'skul Sir !!!!

 

Dans ce village, existe l'école "Edmund Hillary" (1er vainqueur de l'Everest le 23 mai 1953), ce dernier a fait construire cette école en l'honneur de Tenzing Norgayavant son Sherpa. On y apprend l'anglais pour mieux recevoir les visiteurs. Au Népal, seuls 25  à 30 % des habitants savent lire et écrire et le gouvernement fait des efforts pour combattre l'analphabétisme.

 

Khumjund Hillary

 

 Nous poursuivons notre route sur un très beau sentier entre des pierres à Mani gravées et redescendons sur Namche. A l'arrivée nous faisons quelques étirements parmi les porteurs qui défont leurs faix et débâtent les Yaks, puis un goûter "européen" à la "Germany bakery de Namche"

 

Jeudi 25 octobre 2007

 

Le chemin monte régulièrement mais sûrement (dénivellée du jour 3 400 m à 3 900 m), au détour du chemin nous apercevons Thamserku et l'Ama Dablam, la montagne sacrée qui restera notre point de mire jusqu'au Camp de Base. Après l'animation de Namche Bazar, nous retrouvons un peu de calme sur le chemin, quoique très fréquenté, par les touristes et les porteurs.

 

Après avoir passé le croisement qui mène à Khumjung; le chemin descend irrégulièrement parmi les pins. De cette forêt, riche en faune, surgit un faisan, emblème du pays.

 

Forêt

 

Plus bas, au fond d'une vallée étroite et boisée, s'écoule l'Imja. Juste avant le hameau de Phunki (3250 m), on gagne la rive gauche de l'Oudh Kosi : le pont suspendu, récent mais impressionnant, domine d'une dizaine de mètres l'ancien ouvrage.

 

Pont sur l'Imja 

 

Le sentier se lance ensuite dans une bonne montée et l'on découvre comme dans un livre d'images le monastère de Tyangboche. Un ensemble de bâtiments serrés les uns contre les autres peints en rouge ce qui montre que c'est un monastère et non pas un village.

 

L'un des plus beaux lieux du monde : Tyangboche se dresse, entouré de dépendances quasi médiévales, à l'extrémité d'un long éperon, sur une butte, il constitue un belvédère d'où l'on peut contempler un extraordinaire paysage de montagnes. En arrière d'un premier plan de sombres sapins, de bouleaux gainés de lichens et de rhododendrons nains, s'élancent de tous côtés vers le ciel d'immenses sommets recouverts de glace.

L'Everest qui fume, barre le haut de la vallée. La muraille de Nuptse se dresse comme un défi. Et une montagne unique par la pureté de ses formes, de toute beauté l'Ama Dablam.

 

Tengboche

 Tyangboche Le très célébre monastère de Tyangboche est l'un des plus riches du Népal. Dévasté, le 19 janvier 1989, par un incendie dû à un court-circuit électrique, il a été entièrement reconstruit et continue de recevoir les visites des nombreux trekkeurs. 

Tengboche

Après la visite du monastère, Sabine et moi nous nous dirigeons vers un groupe de moines. Sous les bannières hautes en couleur le Rinpoche ("précieux, qui désigne un religieux de haut rang) dépose sur nos épaules la "Kata" écharpe blanche qui est toujours un cadeau de bienvenue. 

 Tegboche

 

nous continuons notre chemin dans une magnifique forêt de rhododendrons,

 

Foret de rhododendrons

 

Les grands arbres perdent leurs feuilles dans une rocaille de rhododendrons nains, de bouleaux, de frênes couleur de flamme entourés de fougères, d'edelweiss et de fleurettes alpines d'un bleu frais et minéral. 

 

 Everest

 

Nous découvrons "l'Ever green lodge" à Deboche (3820 m) où nous passerons la nuit. Après le "tea time", nous effectuons nos étirements dans le pré à Yak sous les yeux ébahis d'un autre groupe de trekkeurs ! Ha c'est français ! Ce soir c'est la fête "pizza & tacos" au menu, c'est l'anniversaire de Yves, nous fêtons cela avec toute l'équipe.

Vendredi 26 octobre 2007

Lever 6 heures (comme d'hab, vue qu'il fait jour à compter de 5 h 30) des chappattis au petit déjeuner de quoi tenir jusqu'au déjeuner. Nous quittons le Lodge à 7 heures 45. Il faut dire qu'avec le froid qui règne dans les chambres nous ne traînons pas ! Les sacs sont vite faits pour que les porteurs puissent partir.

lodge de Deboche

Brossage des dents avant le départ de Deboche

Le sentier se dirige vers le nord-est à travers une forêt de conifères en une montée continue et traverse un versant raide sur lequel se déplacent parfois des troupeaux de Yaks. Un superbe paysage, encadré par l'Ama Dablam et la face sud du Lhotse nous montre la route.

 

Nous progressons sur la rive gauche de l'Imja Khosa jusqu'au village voisin de Pangboche (3985 m). Là, une vieille Gompa fondée au 16° siècle par le Lama Sangwa Dorje qui y a créé une école de boudhisme.

 

Gomba de Pangboche 

 

Ancienne statue de Boudha le dorje (varja) à la main

 

Panboche

 

Il est de tradition de se déchausser à l'entrée de la Gomba

 

Cette Gomba expose une urne fermée qui contient des ossements de yéti. De nature curieuse, j'interroge le gardien qui me dit que les ossements ont disparu : légende ou réalité... ?

 

Pangboche

 

Après cette visite très intéressante nous reprenons la route à travers une petite forêt de cyprès, dans laquelle se cachait peut-être l'étrange animal, entoure le lieu sacré.

  À la sortie de Pangboche, un chorten pose avec succès devant l'Ama Dablam. Au sommet de grands mâts des drapeaux de prières bleus, blancs, jaune, rouge, vert : les couleurs célestes claquent dans le vent frais qui lance OM MANI PADME HUM dans toutes les directions.

 

 Ama Dablam

 

Le chemin remonte tranquillement la vallée de l'Imja Khola, avec quelques « up and down »,  en passant au pied du Taboche, il croise deux hameaux d'alpage : Shomare où un nombre impressionnant de shortens nous indique le site de "Guru Ripoche". Nous déjeunons sur une terrasse avec un magnifique soleil ; un couple de rouge-queue volette sur les rocs noirs à la poursuite de quelques insectes : nous sommes à près de 4 000 mètres d'altitude !

Nous reprenons tranquille la route pour de rejoindre Orsho (4050 m) où nous découvrons les parcs à Yak.

.

 

Orsho

 

Nous avons donc passé le cap des 4 000 mètres. Une multitude de sommets enneigés apparaissent : le Khatang (6853 m) le Numbur (6955 m) et le Karyolung (6681 m) se dressent au sud-ouest; à l'ouest, le modeste Kumbila (5761 m) fait face à une famille de montagnes sans nom, tandis que se dessine, au nord-est, l'Everest et la face sud du Lhotse. En arrivant à Tsuro, après 4 h 30 de marche, on bifurque sur la droite pour traverser la Lobuche Khola.

 

Pont

 

Une dernière montée, le long de l'Imja, permet d'atteindre Dingboche, installation au lodge "Island Peak view".

 

Dingboche

 

Samedi 27 octobre 2007

La nuit a été très froide, le ciel dégagé était d'une telle pureté que l'on ne voyait que des étoiles, tellement nombreuses que les constellations étaient pratiquement plus repérables. Evidemment ici pas de traces de pollution.   Au réveil, dans la chambre le thermomètre affiche 5 petits degrés ! Brrr.

 

En route pour Chhukhung à l'extrémité de la vallée. La beauté de ce matin lumineux dans l'Himalaya. Brume et fumée des "bouses de Yak" qui se consument dans le poêle, rais de soleil et ravins obscurs, soudin un pic enneigé repose sur un édredon de nuages.

Dingboche

Le sentier s'éloigne de Dingboche en suivant la rive droite de l'Imja. Il traverse des alpages de plus en plus pauvres, parsemés de quelques masures.

Au bout de 45 minutes environ, le hameau de Bibre (4570 m) apparaît.  Après avoir franchi un premier affluent de Imja, on rejoint une vaste surface de détritus morainiques, où se mêlent sable et gros blocs de pierre Il faut franchir encore deux rivières avant d'atteindre les quelques maisons d'alpage de Chhukhung (4730 m).  

Une sente quitte ce dernier lieu habité et pénètre dans les prairies sèches, situées au nord-est du village, elle longe le glacier du Lhotse Nup et gagne, vers 5000 m d'altitude, des pentes schisteuses qu'elle remonte en direction d'une crête. On suit alors pendant 2 h 30, le fil de cette vieille moraine dont la pente est bien raide, on peine, on grimpe, on souffle, on halète, épuisé, tandis que là-haut les drapeaux de prières claquent sur les rochers gelé. Enfin on se hisse jusqu'au sommet du Chhukhung Ri (5546 m) indiqué par un cairn les ombres des drapeaux de prières dansent contre les parois immaculées de traînées blanches. Nos porteurs et sherpas sont là et nous accueillent chaleureusement. Morts de fatigue, mais fous de joie nous contemplons ce ciel au bleu si pur tandis que le vent claque dans nos oreilles et nous étourdit.

chhukhung

  

La respiration est plus difficile à cette altitude, et le souffle est de nouveau coupé, cette fois, par le superbe panorama qui se déroule à 360°. Nous prenons des photos et avons une pensée émue pour Sabine qui est restée au Lodge pour se reposer "elle est un peu patraque : le mal des montagnes".

De ce belvédère, la liste des sommets à découvrir est longue: la chaîne du Cho Polu (6734 m) le Makalu, l'Island Peak 6189 m "sommet facile», le Baruntse (7720 m), l'Ama Dablam que l'on ne présente plus, la pyramide du Pumori (7 165 m),

Chhukhung 

la barre des Chamlang, une belle face sans nom culminant à 6840 m, de laquelle descend le glacier Imja, avec au pied l'Imja Tsho (un beau lac glaciaire). 

Chhukhung

Bref, un ensemble fabuleux de parois vertigineuses auxquelles s'accroche miraculeusement une neige immaculée, et un flot d'impressionnants glaciers ponctués de lacs multicolores. Il faut cependant redescendre la joie au cœur devant tant de beauté. Nous descendons rapidement, histoire de se faire "des globules", René est avec nous. Au village nous trouvons des Yaks qui paissent et se reposent devant la gigantesque face sud du Lhotse qui prend toute son ampleur.

Chhukhung

A l'arrivée c'est la douche au tuyau, l'eau qui vient directement des glaciers nous ravigotent, ça fouette le sang ! Au dîner c'est momos & frites et pour se détendre une partie de carte avec Dan Bhaduir (Sirda) et Kusang Sherpa.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire :: Envoyer le lien
Mots clefs :

20/11/2007 - Joli blog

Publié par Anonymous
Que de rêves.
Lien permanent

9/04/2013 - Wahou!

Publié par Charlotte
Je pars pour le Népal dans un mois.
Merci pour le partage de votre voyage qui me fais rêver et me donne encore plus l'impatience d'y être!

Lien permanent
Qui suis-je ?
2007, l'année du Népal pour nous. Après quelques jours à Katmandou nous partons pour Luckla, les grands cols, Lacs de Gokyo et le camp de base de l'Everest.

Derniers articles

Un 180° d'exception
Le Trekking, de Lukla à Chhukhung
Le trekking, de Chhukhung au Camp de base de l'Everest
Trekking, le retour Thamé à Lukla via Namche Bazar
Le Trekking, de Lobuche à Thamé par les Grands cols
Hygiène & commodités au Népal
Namche Bazar, capitale du pays Sherpa
Le pays Sherpa

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Ma galerie photos
Archives
Ecrivez-moi

Rubriques

notre voyage
Préparation

voyage sur mesure Indonesie avec or’normes, le spécialiste du voyage sur mesure pour cette destination. Or’normes organise tous les circuits en vue de vous créer des expériences de voyage grâce à notre guide.

Amis

Menu